CONGO-BZV : LES AUTORITES TRAVAILLENT A DOTER LE PAYS D’UN DATA CENTER NATIONAL - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO-BZV : LES AUTORITES TRAVAILLENT A DOTER LE PAYS D’UN DATA CENTER NATIONAL

Ce point a été inscrit dans la communication que le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste IBOMBO, a faite le vendredi 8 janvier 2021 à Brazzaville. Une communication consacrée à la présentation des différentes réalisations de son département au cours de l’année 2020 ainsi que les grands projets à réaliser dans le futur. A la  construction du Data center national se joignent d’autres projet comme la construction du réseau à fibre optique pour l’interconnexion avec la république Centrafricaine, ou encore la mise en place d’un Centre d’Excellence et d’Intelligence artificielle avec l’apport de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique.

Le lancement de travaux du projet de construction du Data center , a indiqué le ministre,  a accusé un retard. « Une fois les obstacles levés, les travaux débuteront en juillet 2021 », a-t-il renchérit par ailleurs. Le Data center national, un projet majeur et qui  relève de la souveraineté, puisque qu’il sera l’outil destiné à stocker les données nationales. La symbiose entre cet outil, la fibre optique  en cours de déploiement dans le pays et le Centre d’Excellence et d’Intelligence artificielle que le pays compte construire  avec l’apport de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique, devrait contribuer à la création de ce hub digital, essentiel pour le développement de l’économie numérique. Interrogé par un journaliste sur le processus de mise en place de cette infrastructure de souveraineté, Léon Juste IBOMBO a précisé : « …nous n’avons pas la technologie nécessaire pour construire un data center. Il y aura donc un appel d’offres qui va être lancé, suite auquel la meilleure des entreprise soumissionnaires va construire le data center. Mais pour ce qui est des informations qui vont être hébergées dans ce data center, ce sont évidemment des Congolais qui vont les gérer, pas des étrangers ( …) on va renforcer les capacités des Congolais dans le cadre du transfert des compétences pour que ces derniers puissent avoir l’expertise nécessaire (…) ce sera des données sensibles du gouvernement, c’est vrai mais nous avons de jeunes cadres qui ont l’expertise nécessaire pour pouvoir gérer ce data center »

Plusieurs autres projets meublent l’agenda de ce ministère : Le free roaming en Afrique centrale qui permettra aux abonnés des pays de la CEMAC d’être connectés dans tous les pays de ladite zone avec leur numéro local à partir de janvier 2021 ;  La construction du réseau à fibre optique pour l’interconnexion avec la république Centrafricaine, avec l’apport de la BAD dans le cadre des activités du projet CAB ( Central African Backbone) ;  l’acquisition d’un système automatique de gestion et de contrôle du spectre de fréquences radioélectriques ; le projet d’adressage postal qui vise l’amélioration des conditions de traitements des envois postaux ;  l’opérationnalisation du Fonds d’Accès pour le service postal universel aiderait la SOPECO ( Société des postes et de l’épargne du Congo)  à assurer plus efficacement le service sur l’ensemble du territoire national ; l’appui du ministère à la résolution de la situation de dettes de la SOPECO à l’égard de la société Air France pour renouer avec le transport postal de 85% avec la SOPECO ; la poursuite dans le cadre du FASUCE de la couverture des zones dites blanches ( non couvertes par les réseau de télécommunication)  et des équipements multimédias des établissements scolaires.

Quelques réalisations

Le ministre les a répertoriés en quatre chapitres : les postes, les  télécommunications, l’économie numérique et le social. Nous pouvons citer l’implémentation et l’opérationnalisation du timbre électronique ressourcent la SOPECO d’une quotité de 10% à compter de ce mois de  janvier a été approuvé en conseil des ministres. « Cette quotité contribuera à apaiser tant soit peu les tensions de trésorerie » ;  l’octroi en cours de la licence 4G «  à notre opérateur historique (NDLR : Congo Télécom) pour sa migration en technologie numérique, à l’avantage de lui assurer une fluidité optimale des échanges et un repositionnement sur le marché national » ; le  lancement les premiers essais du projet CONGOPAY, fruit de la coopération Congo-Inde. «  Toujours dans le secteur des télécommunications, nous avons opérationnalisé le Fonds d’Accès pour le Service Universel des Communications Electroniques (FASUCE), conformément à l’article 87 de la loi n° 09-2009 du 25 novembre 2009 portant règlementation du secteur des communications électroniques. A cet effet, et pour l’année 2020, trente (30) localités des zones blanches, comme BOUANELA dans la Likouala, BOKOMA dans la Cuvette et MBOUBEE dans les Plateaux, ont été couvertes ainsi que neuf (09) établissements scolaires ont pu bénéficier de la connexion et des équipements multimédias »,  a indiqué Léon Juste IBOMBO.

Photo : Léon Juste IBOMBO lors de la conférence de presse( Droits réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top