CONGO-BZV / COVID 19 : LES AGENTS DE L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE ENCOURAGES A SE FAIRE VACCINER - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO-BZV / COVID 19 : LES AGENTS DE L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE ENCOURAGES A SE FAIRE VACCINER

« Nous devons être en bonne santé pour ne pas contaminer les personnes en privation de liberté ». Ainsi s’est exprimés le mardi 30 mars 2021 au cours d’un focus à Brazzaville le colonel Jean Blaise KOMO, Directeur général de l’administration pénitentiaire, à l’endroit des agents sous sa tutelle, chargés notamment de la gestion des prisons du pays.

Le focus organisé dans la salle de conférence du ministère de la justice a mis en vedette le médecin colonel Aristide Gilbert NIANGA, Coordonnateur de la campagne de vaccination des structures opérationnelles de la présidence de la république qui a présenté les deux types de vaccin anti covid 19 reçus par le Congo (le chinois Sinopharm et le russe Spoutnik) , la fiabilité de ceux-ci, ainsi que l’intérêt de se faire vacciner : «  …il y a des fakes  news, des spéculations autours du vaccin. En notre qualité de   spécialiste nous sommes venus informer le commun des Congolais, persuader les gens  que le but des vaccins que nous avons reçus n’est pas de nous rendre de plus en plus malade mais plutôt de nous protéger (…) nous sommes venus pour faire la communication sociale, pour accompagner les désidératas du Directeur général  de l’administration pénitentiaire ».

L’auditoire a eu l’opportunité d’exprimer ses préoccupations à l’endroit du spécialiste aux fins de dissiper des zones d’ombre. Le colonel Jean Blaise KOMO, Directeur général de l’administration pénitentiaire qui était le premier à s’exprimer a demandé si la fiabilité de ces vaccins est garantie. Réponse du médecin : « … nous voulons de façon solennelle vous rassurer que les vaccins que le Congo a reçus sont efficaces et  sûrs. Ce sont des vaccins dont le rapport bénéfices-risques a été bien scruté, bien apprécié au profit des populations qui vont les recevoir. Nous devons tordre le coup à cette peur bleu… ».

D’autres préoccupations concernant  ces vaccins qui ne sont pas obligatoire, a rappelé le  médecin colonel Aristide Gilbert NIANGA, ont tourné autours de la prise en charge d’éventuelles complication consécutives à l’injection du vaccin. Des assurances ont été données sur le fait que les effets indésirables sont mineurs et que si jamais peut arriver des équipes sont disposées à recevoir les personnes qui pourraient  exprimer des plaintes. Aussi un numéro de téléphone, le 34-34 est dédié à recevoir d’éventuelles plaintes sur les effets indésirables.  

Dans son discours d’ouverture du focus, le colonel Jean Blaise KOMO s’est appuyé sur les conclusions de la réunion de la coordination nationale de gestion du covid 19 tenue le 24 mars 2021. Une réunion qui, a-t-il rappelé a décidé d’étendre la vaccination du premier périmètre  aux personnels de l’administration pénitentiaire : «  il est de bon alois que nous, personnels pénitentiaire qui cohabitons avec les personnes en détention dans nous différentes maisons d’arrêt puissions bénéficier de ces vaccins ».

Photo : Une vue de la salle pendant le focus (Crédit Groupe Congo Médias

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top