CONGO : LE BUDGET 2020 SUR FOND D’UN GAP RESIDUEL DE 435 MILLIARDS 038 MILLIONS - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Economie

CONGO : LE BUDGET 2020 SUR FOND D’UN GAP RESIDUEL DE 435 MILLIARDS 038 MILLIONS

C’est un budget dont la trajectoire est celle de l’ajustement structurel « en  vue de la restauration progressive des équilibres financiers  et macroéconomiques » que Calixte NGANONGO, ministre des finances et du budget, a présenté au Sénat le jeudi 31 octobre 2019 au Palais des Congrès à Brazzaville. Ce budget élaboré par le gouvernement dans un contexte de mise en œuvre du rigoureux programme  signé avec le FMI, est arrêté en recette à la somme de 2175 milliards 384  millions, et en dépenses à la somme de 1679 milliards 423 millions. Une loi des finances, a indiqué le ministre, qui est compatible avec les hypothèses du programme, portant un accent particulier sur les dépenses sociales. Le solde budgétaire de 495 milliards 961 millions ne servira qu’à réduire à un gap résiduel de 435 milliards 038 millions  le gap initial qui se chiffre à  931 milliards.

Dans ce budget, les prévisions de recettes pour le pétrole, la principale ressource du pays depuis des décennies sont projetées à 1197 milliards contre 1137 milliards 776 millions en 2019. Ces recettes représentent 57, 19 % des recettes budgétaires. La comptabilité nationale s’est fixé comme hypothèse de calcul les éléments suivants : prix du baril à 55 ,2 dollars US, taux de change à 585 francs pour un dollar, et  une production annuelle attendue à 140 millions de dollars. Les autres recettes proviendront des impôts et taxes intérieurs pour 714 milliards 834 millions, des taxes et droits de  douanes qui devraient rapporter 131 milliards 800 millions, ainsi que les dons ordinaires attendus pour un total de 28 milliards. Ils se basent exclusivement sur les projets en cofinancement en cours d’exécution et faisant l’objet des conventions dûment actées.

Les dépenses du budget

Celles courantes vont consommer 1251 milliards, soit 78,33 % du total des dépenses du budget général. Les dépenses d’investissement quant à elles sont estimées à seulement 346 milliards, et ne représentent que 21, 66 % des dépenses du budget général. La faiblesse des dépenses d’investissement laissent toutefois sceptiques certains observateurs au regard de l’ambition de diversification de l’économie affichée par le pays.

Un gap résiduel  de plus de 435 milliards !

Le pays devra faire face à un gap résiduel de 435 milliards 038 millions. C’est le solde budgétaire de 495 milliards 961 millions qui devrait  contribuer à la réduction d’un gap total de 931 milliards. Ce gap résiduel, a dit le ministre des finances sera financé par les tirages estimés à 154 milliards dans le cadre des appuis budgétaires du FMI et des autres partenaires financiers ; la restructuration de la dette extérieure en cours de négociation ; les emprunts éventuels.

Les stratégies du gouvernement pour atteindre ses objectifs

Le gouvernement congolais entrevoit une batterie de mesures pour atteindre ses objectifs budgétaires. Parmi ces mesures figurent la réduction des subventions dans le domaine pétrolier, le retrait des exonérations à certaines sociétés, à la suite des travaux de la commission en charge du contrôle des avantages fiscaux accordés dans les conventions d’établissement ; le renforcement de la transparence budgétaire par l’application , d’une part de la règle du produit brut qui prône la comptabilisation de toutes les recettes et dépenses, y compris celles prélevées en amont par les société pétrolières dans le cadre des accords particuliers et d’autre part la limitation  des paiements par des procédures exceptionnelles.   Aussi, le gouvernement mise-t-il sur l’interconnexion des régies financières.

Photo : Le ministre des finances Calixte GANONGO (Droits réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top