CONGO : 572 CANDIDATS AUX EPREUVES DU DIPLOME D’ETAT DES CARRIERES DE LA SANTE

155

Les épreuves de cet examen ont débuté à Brazzaville le mardi 21 mai 2019 dans les différents centres retenus pour cela, parmi lesquels l’Ecole Paramédicale de Médecine logée dans l’enceinte du Centre  Hospitalier et  Universitaire de Brazzaville. C’est dans ce centre qu’Antoine Nicéphore FYLLA SAINT EUDES, ministre de l’enseignement technique et professionnel a procédé dans le cadre de ce qui est appelé la campagne  des examens, au lancement officiel des épreuves de celui-ci.

Les candidats à cet examen sont de plusieurs filières : la chirurgie, la neurologie, la stomatologie,  sage femme-accoucheurs, la diététique, le bloc opératoire, la kinésithérapie, l’ORL, la pharmacie, la radiologie, la parasitologie et biochimie, etc. Le ministre est allé dans quelques salles d’examens, comme celle de la filière la parasitologie et biochimie, où il s’est fait expliquer par l’examinateur quelques clichés obtenus au microscope   par les candidats. Des candidats qui peuvent se réjouir de faire usage d’équipement d’une  certaine qualité, mais qu’ils ne sont peut être pas sûrs de trouver  dans les lieux d’affectation pour l’exercice de leur travail. Mais pour Antoine Nicéphore FYLLA SAINT EUDES , c’est tout autre chose : « …le gouvernement mettra tout son effort pour financer les CSI (Ndlr : Centres de santé intégrés) et autres hôpitaux de base pour que nos apprenants trouvent les même conditions de travail que celles qui ont prévalu lors de lors formation ici à l’école paramédicale ».

A propos de l’organisation, le ministre s’est montré très  rassurant : « Je pense que c’est déjà rodé  ce genre d’examens. Nous avons pu mettre tous les moyens financiers et logistiques à temps pour qu’il n’y ait pas une débandade et que les chefs des centres soient à l’heure et que le matériel soit disponible afin que les apprenants puissent de faire les travaux pratiques ».  

Un effort du gouvernement reconnu par Flavien Gervais MABA BIKOUYA, le Chef de centre : «  …le gouvernement a mis à notre disposition tout ce qu’il fait pour que l’activité se déroule dans de très bonnes conditions. Nous avons reçu les moyens financiers, les moyens matériels  et humains que sont les médecins du CHU. Je peux vous rassurer que l’examen va se dérouler dans de très  bonnes conditions ».

Il est à noter, a indiqué le ministre, que dans le cadre des accords signé avec la Faculté des Sciences des la santé les formations de Sages femmes, de laborantins  et d’infirmier généralistes «  devraient passer à l’université. Ceux qui sont au niveau des écoles paramédicales sont obligés d’apprendre suffisamment pour qu’il n’y ait pas de différentiel négatif entre eux et  ceux qui vont être formés à la Faculté des sciences de la santé ».

Photo :  Deux candidats de la filière parasitologie et biochimie au travail ( Crédit Groupe Congo Médias)

Copyright de l’article GCM




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *