COMPARUTION DE TREIZE PRESUMES DELINQUANTS FAUNIQUES A DOLISIE

88

Les 11 et 12 Octobre 2018 auront lieu, les audiences portant sur la criminalité faunique à la Cour d’Appel et au Tribunal de Grande Instance de Dolisie dans le Département du Niari.

 

Quatre affaires passeront à la Cour d’appel de Dolisie, le 11 octobre prochain. La première concerne le cas LIKIBI Gotrand Luther, NZAOU Cédric, MOUSSONDA Jeanne et KOMBO BAKALA Prince. Les infractions qui leurs sont reprochées sont l’abattage d’une espèce animale intégralement protégée (Panthère), la détention illégale et la circulation ainsi que la tentative de commercialisation des trophées de ladite espèce (deux peaux de panthère). Le verdict portant sur cette affaire est attendu à l’issue de cette audience.

 

La seconde affaire dont le verdict est attendu pour cette date, est relative aux prévenus GOMA LUNGHANU et MAVOUNGOU Bernes. Ces derniers avaient été arrêtés, le 29 août 2017 à Dolisie, avec huit pointes d’ivoire. Ces deux individus sont poursuivis pour détention, transit, circulation et tentative de commercialisation des trophées d’espèces animales intégralement protégées.

 

La troisième affaire, pour l’instruction à la barre, est celle de MOUSSA Luc Chardin, MADZOU Jean Bernard et  NGUEMBE MOUNGALA Amour, arrêtés en flagrant délit de détention illégale et circulation de deux pointes d’ivoire, le 25 novembre 2017.La quatrièmeaffaire au niveau de cette Cour d’Appel enfin, concerne le cas MATALA MBAKOU Stills et EBONAMBO Eudes, poursuivis pour présomption d’abattage d’éléphants.

 

Au Tribunal de Grande Instance de cette ville,le 12 octobre 2018, il s’agira de l’instruction à la barre de l’affaire Georges SIOMBO et Mesmin N’DINGA BOUNDA. Ils avaient été arrêtés en flagrant délit de détention et circulation illégales de deux pointes d’ivoire, le 18 décembre 2017 à Dolisie.

 

Les arrestations de ces présumés délinquants fauniques ont été les œuvres des agents des  Directions Départementales des Eaux-et-Forêts (Niari et Lekoumou) et de la Gendarmerie nationale avec l’appui du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage). Ces prévenusencourent des peines allant jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement ferme selon les textes réglementant ce secteur. L’article 27  de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule :   «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces animales intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *