COMPARUTION DE QUATRE PRESUMES DELINQUANTS FAUNIQUES A POINTE NOIRE ET BRAZZAVILLE

154

Les 08 et 13 mai 2019 auront lieu, les audiences portant sur la criminalité faunique à la Cour d’Appel de Pointe Noire et au Tribunal de Grande Instance de Brazzaville.

A Pointe Noire, il sera question de la comparution de deux présumés trafiquants des produits de faune, interpellés le 16 octobre 2016 à Pointe Noire. Ces deux individus dont l’un congolais et l’autre Angolais, avaient été arrêtés en flagrant délit de détention d’une centaine d’objets sculptés en ivoire et de cinquante morceaux bruts des pointes d’ivoire. Présumées trafiquants, ils devraient comparaitre le 08 mai 2019 à la Cour d’Appel de Pointe Noire.

A Brazzaville, deux présumés trafiquants des produits de faune, tous originaires de la République Démocratique du Congo, seront fixés sur leur sort le 13 mai prochain. Ils avaient été pris la main dans le sac avec 260 baguettes chinoises en ivoire, une centaine de bracelets, colliers et bagues en ivoires, une centaine de pendentifs en ivoire, sept (7) statuettes en ivoire, deux (2) morceaux d’ivoires bruts et trois (3) peaux de panthères.Des produits dont la provenance serait la ville de Kinshasa en RDC.  L’arrestation avait eu lieu, le 02 octobre 2018 à Moungali. Le verdict dans cette affaire est attendu pour ce 13 mai 2019.

Les arrestations de ces présumés délinquants fauniques dans ces deux affaires avaient été les œuvres des éléments de la Gendarmerie Nationale, avec le concours des agents des Directions Départementales de l’Economie Forestière de Pointe Noire et de Brazzaville avec l’appui du PALF  (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage).

En République du Congo,  l’éléphant et la panthère font partie des espèces animales intégralement protégées, conformément à l’arrêté du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées. En outre, l’article 27  de la loi N°37-2008 du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule :   «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *