CAN U23 : QUAND LES DIABLES ROUGES MORDENT LA POUSSIERE ELIE NGOYA ENDOSSE LA RESPONSABILITE ET DEMISSIONNE

156

Tenus en échec à domicile,  le dimanche 08 septembre au stade Massamba Débat de Brazzaville,   par une équipe zambienne plus  ambitieuse, les Diables rouges U23 du Congo ne prendront pas part  à la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 23 ans qu’abritera l’Egypte du 08 au 22 novembre 2019. Cette élimination qui sonne le glas du parcours de ces jeunes congolais vers la participation à cette compétition africaine  est imputable aussi bien aux multiples défaillances liées à l’organisation qu’à la faiblesse des joueurs sur le terrain. Elle a fait les frais du sélectionneur  Jean Elie NGOYA OBAKAS qui a jeté l’éponge dans la foulée, le lundi 09 septembre 2019, par le biais d’une lettre de démission adressée au Président de la Fédération congolaise de football.

L’équipe congolaise  qui n’avait besoin de gagner que par 1-0 pour se qualifier face à l’équipe zambienne n’a pas pu réaliser cet exploit attendu par les Congolais  malgré son penalty transformé  dès la 20ème minute du match par Guy MBENZA  KAMBOLEKE. Le match s’est terminé par un score nul de 3-3 avec à la clé une qualification pour la Zambie grâce à la victoire 2-1 au match aller.

Fallait-il recourir à la tactique de conservation pour préserver ce score favorable pour le Congo plutôt que de chercher un second but en se livrant à l’adversaire qui, lui aussi, n’avait  besoin que d’un but pour faire basculer les choses en sa faveur ? Le Sélectionneur congolais Jean Elie NGOYA OBAKAS, conscient de la capacité de l’équipe adverse à réagir, a préféré maintenir le même jeu : « A 1- 0,  j’ai dit à mes joueurs de continuer à jouer parce que j’ai bien visionné l’équipe zambienne jouer. C’est une équipe joueuse  et je savais qu’elle pouvait revenir au score. (…) et pour bien l’achever il fallait marquer », a-t-il justifié.

Le Congo  s’est fait rattraper au score  par son adversaire 13 minutes après  son premier but. Le but zambien qui a envoyé les deux équipes aux vestiaires à égalité (1-1) a été l’œuvre d’Enock MWEPU.  De retour sur la pelouse pour la seconde partie du match, la Zambie a empiré la situation de l’équipe congolaise en inscrivant un 2ème but (1-2), ce qui rassurait sa qualification et  condamnait le Congo à marquer 3 buts de suite sans en encaisser pour espérer se qualifier. Un exploit difficile à réaliser face une équipe zambienne aux contre-attaques interminables. Malgré l’effort ayant permis aux Congolais de prendre le dessus  sur leurs adversaires en inscrivant 2 buts (3-2) successifs, en l’espace d’une dizaine de minutes, le 4ème but de la qualification qu’attendait le public congolais, espérant un miracle de fin de match, n’est  finalement pas arrivé : seule la déception a gagné le  public congolais quand la Zambie a plié le match en inscrivant son 3ème et dernier but de la rencontre (3-3). Un nul favorable pour les Zambiens vainqueurs du match aller sur un score  de 2-1.

L’élimination des jeunes Diables rouges qui ont  fourni des efforts pour ne concéder qu’une défaite sur les quatre matchs disputés a eu pour corollaire la démission du sélectionneur de l’équipe pour qui se faire éliminer à domicile après avoir marqué tous ces buts était le synonyme d’une humiliation.

Qu’est-ce qui n’a pas marché pour le Congo ?  

Le parcours des Diables rouges U23 dans cette campagne des éliminatoires  de la CAN Egypte 2019 n’est pas aussi médiocre que cela. Ils ont pu arracher une victoire face aux Burundi, deux nuls face  au Burundi et à la Zambie pour une seule défaite concédée face à cette dernière. Le sélectionneur congolais qui a endossé seul la responsabilité de cet échec, a souligné  quelques aspects défavorables pour  les  U23  congolais. Il s’agit selon lui des questions liées à l’organisation.

L’absence d’une équipe construite est l’un des points faibles pour le Congo, qui  avait en face de lui une équipe solide dont les joueurs sont ensemble depuis la sélection des U17.  En effet les joueurs zambiens ont fait, entre autres, la coupe du monde de moins de 17 ans, la dernière CAN de moins de 20 ans. Arriver à rivaliser  contre cette équipe et atteindre ce niveau de la compétition sans avoir construit une équipe c’est déjà beaucoup : « Cette équipe, je l’ai montée en huit mois »,  a  souligné Elie NGOYA.

Pour rappel, le désormais ex-sélectionneur national de l’équipe olympique du Congo a pris les commandes de cette sélection en novembre 2018 soit une durée  totale de 9 mois passée  à ce poste.

Autres soucis d’organisation

Les  questions de primes des joueurs font partie des problèmes qui gangrènent le football congolais. La motivation des joueurs à  se sacrifier pour une cause nationale vient  parfois du soutien qu’ils bénéficient de ses autorités, de son public mais surtout de la volonté  des autorités compétentes de verser les différentes primes de match ces derniers.  Cependant, il semblerait que ces jeunes qui ont choisi le football comme travail de prédilection  n’ont toujours pas reçues lesdites primes.  A ce sujet, on se peut rappeler que  peu avant le départ pour Lusaka, en Zambie,  le sélectionneur  de l’équipe se plaignait de cet état de chose.

A  Lusaka, où ces jeunes ont défendu les couleurs de la nation sans enregistrer un score humiliant en terre étrangère, de nombreuses défaillances organisationnelles ont été notées. Un confrère  faisant partie de la délégation a fustigé le comportement d’un responsable financier de la délégation, qui ne voulait pas décaisser l’argent pour faire laver   l’équipement des joueurs.

Doit-on descendre si bas au nom de la crise ? Le Congo a une dignité à préserver au-delà de toutes ses difficultés financières.

Photo1 : Les U23 congolais après  le coup de siffler  final  du match ( Crédit Dépeches de Brazzaville)

Photo 2 : Le Coach Elie NGOYA (Archive )

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06 629 92 35




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *