AFRIQUE CENTRALE: LES PARLEMENTAIRES ENTENDENT FEDERER LES GOUVERNEMENTS AUTOUR DE LA LUTTE CONTRE L’INSECURITE ALIMENTAIRE - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Actualité

AFRIQUE CENTRALE: LES PARLEMENTAIRES ENTENDENT FEDERER LES GOUVERNEMENTS AUTOUR DE LA LUTTE CONTRE L’INSECURITE ALIMENTAIRE

Les parlementaires de la sous-région Afrique centrale se sont engagés à œuvrer pour l’intégration de la problématique de la sécurité alimentaire comme une priorité gouvernementale des pays membres. La déclaration sanctionnant les travaux du Forum des parlementaires sur la sécurité alimentaire tenu à Brazzaville du 19 au 21 novembre 2019  relève plusieurs engagements pris parmi lesquels celui de « … susciter auprès de différents exécutifs des pays de la CEEAC l’introduction dans les différentes lois fondamentales la notion de droit à une alimentation adéquate, comme une question de souveraineté nationale en vue de mobiliser les ressources nécessaires pour l’atteinte du défi faim zéro ».

Au terme de ces assises organisées  à Brazzaville, les parlementaires d’Afrique centrale ont rendu public une déclaration qui précise les engagements pris au profit de la lutte contre l’insécurité alimentaire dans la sous-région. Cette déclaration de Brazzaville lue par Angélique GOMA, Parlementaire francophone, tient compte la situation préoccupante de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde en général avec 821 millions de personnes sous alimentées, dont 257 millions en Afrique et précisément 42.7 millions en Afrique Centrale.

Elle marque l’engagement solennel des parlementaires à : « Institutionnaliser les rencontres des parlementaires et des autres parties prenantes dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, dans le but de maintenir et de renforcer la dynamique de concertation et d’échanges née à Brazzaville ; créer un réseau de Parlementaires d’Afrique Centrale pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (RAPAC-SAN) ; poursuivre la création des Alliances Parlementaires pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle dans la zone CEEAC ; œuvrer à la tenue d’au moins un débat parlementaire par an sur la faim et la malnutrition et qui sera animé par les Présidents des Parlements de l’Afrique Centrale en vue de mobiliser les plus hautes instances gouvernementales ; organiser au moins une réunion par an sur la faim et la malnutrition avec les ministères concernés dans les différents gouvernements des pays de la CEEAC et de de susciter auprès de différents exécutifs des pays de la CEEAC l’introduction dans les différentes lois fondamentales la notion de droit à une alimentation adéquate, comme une question de souveraineté nationale en vue de mobiliser les ressources nécessaires pour l’atteinte du défi faim zéro ».

Ces six engagements qui marquent l’implication des parlements pourront favoriser l’atteinte de l’objectif de développement durable relatif à la faim zéro à l’horizon 2030 en Afrique centrale a réjoui Suze Percy FILIPPINI, Coordonnatrice adjointe des agences du système des Nations Unies au Congo. Pour cette dernière, « Ces résolutions traduisent la volonté de vos parlements à contribuer, au côté des Gouvernements de vos pays respectifs, au combat contre la faim et la malnutrition. Ce, en vue de l’atteinte de l’ODD2 : Faim Zéro.

Le Système des Nations par ma voix se réjouit de l’implication des Parlementaires du monde en général, et des Etats de la CEEAC en particulier, dans la lutte contre l’insécurité alimentaire. La création ce jour du réseau des alliances parlementaires de la zone CEEAC est une grande avancée au niveau stratégique dans ce combat légitime et obligatoire pour nous tous ».

Ces assises dont l’objectif visé était  de trouver des solutions  à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle afin de mieux répondre aux attentes des populations de la sous-région qui doivent avoir accès à une alimentation de qualité, saine et durable. Les travaux de ces assises ont permis aux parlementaires d’épingler de nombreuses causes de cette malnutrition. Le Président du Senat de la république du Congo et  Président d’honneur de l’Alliance parlementaire congolaise pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle,  Pierre NGOLO a invité les participants à travailler dans leurs pays respectifs pour atteindre les objectifs des engagements pris : « Désormais, il s’agit de passer à l’action en prêtant attention à ces différentes causes afin d’anéantir leurs effets sur nos populations. Dans nos plans, nos programmes, nos budgets,  il nous revient d’entrevoir des solutions plus réalistes ; de  déterminer les lignes de failles ; d’en saisir les opportunités, les menaces et d’impulser la modernisation du monde rurale par l’implantation des industries de transformation des produits du terroir ».

Cette démarche vise à renverser la tendance actuelle qui place les exportations, des pays de la sous-région,  en matières premières  au-dessus des exportations d’autres produits. Il s’agit en clair  de faire en sorte que « … l’exportation des produits à valeur ajoutée prenne la dessus sur celle des matières premières  brutes(…) », a-t-il poursuivi.

Les agences du Système des Nations Unies ayant appuyé l’organisation de ce forum, notamment la FAO, l’OMS, le PAM et l’UNICEF pour lesquelles la création du réseau des alliances parlementaires d’Afrique centrale pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle va renforcer l’action des parlementaires ainsi que leur rôle dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans la sous-région ont réaffirmé leur engagement à accompagner les parlementaires dans ce combat.

Photo 1 : Le présidium de la cérémonie de clôture.

Photo 2 : Photo de famille.

(Crédit Groupe Congo Médias)

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top