INFRASTRUCTURES

AFRIQUE CENTRALE / FIBRE OPTIQUE : L’INTERCONNEXION CONGO BRAZZAVILLE-CAMEROUN RECEPTIONNEE, LA CONSTRUCTION DU RESEAU CONGO-RCA LANCES.

L’interconnexion des pays d’Afrique centrale en fibre optique  se concrétise progressivement. L’un des derniers actes qui donne la preuve de cette concrétisation est la réception provisoire  le 26 mai 2022 à Ouesso (ville du nord du Congo Brazzaville proche de la frontière avec le Cameroun) par Léon Juste IBOMBO,  ministre congolais des postes, des télécommunications et  de l’économie numérique ,  du réseau d’interconnexion en fibre optique entre les républiques du Congo et du Cameroun . Autre événement dans la foulée,  le lancement des  travaux de construction du réseau d’interconnexion Congo – République Centrafricaine. 347 kilomètres de fibre optique ont été installé entre le Congo et le Cameroun et 285 kilomètres le seront entre le Congo et la République centrafricaine. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du Projet Central Africa Backbone (CAB).

Cette interconnexion réalisée entre le Congo et le Cameroun ,  à la suite de celle réalisée entre la Congo et le Gabon en 2017  (notamment entre Mbinda  et Lekoko  le département du Haut Ogoué au Gabon)  est une matérialisation de la vison  des dirigeants de la sous région Afrique centrale rappelé par  le ministre Léon Juste IBOMBO à savoir ,  réduire la grande fracture numérique, améliorer la qualité des services des télécommunications afin d’accélérer l’intégration socio-économique de la région Afrique Centrale : « C’est ainsi qu’ont été créés les projets Central African Backbone, en sigle CAB, dans chaque pays de notre sous-région afin de construire des infrastructures critiques de réseaux d’interconnexion en fibre optique entre nos pays. Nul n’a oublié combien de pessimistes juraient par l’utopie d’un tel projet d’envergure sous-régionale, du fait des projets communautaires souvent ajournés. Depuis quelques années, un cinglant démenti est apporté concernant la réalisation des réseaux d’interconnexion à fibre optique entre les pays d’Afrique Centrale ».

 Les travaux d’interconnexion entre le Cameroun  ont été menés sous la coordination du projet Central  Africa  Backbone (CAB-Congo) qui bénéficie d’un financement de la  Banque africaine de développement (BAD). Dans le cadre de leur réalisation, il a été procédé  entre autres, à la construction de six sites techniques dans les localités de Ouesso, Biéssi, Sémbé, Souanké et Ntam ; d’un site de Ouesso qui sert  de point de rencontre entre les réseaux et le futur réseau Congo-Centrafrique; à la pose de plus de 347km de fibre optique de 72 brins ; à la pose de deux tubes PEHD sur plus de 347km ; de 350 chambres L3TV ; à la fourniture et l’installation d’un système de télésurveillance avec camera IP et autres.

Des travaux de qualité selon la mission de contrôle

 Concernant la qualité du travail réalisé,  George POUTEDJE , représentant de la  société Globotech-MG-Telecom en charge du contrôle des travaux s’est dit satisfait : « …nous pouvons affirmer que les travaux sont achevés à 100% tant au niveau des bâtiments du génie civil-fibre optique que de l’installation des équipements actifs. Nous avons apprécié l’implication des entreprises adjudicataires CCSI et HUAWEI qui ont suivi nos recommandations et corrigé les non-conformités constatées. Nous sommes convaincus que ce réseau fournira à la sous-région, une connexion ultra-performante à l’Internet et de très haut débit. Nous remettons donc au gouvernement de la République du Congo, l’un des réseaux les plus beaux et les plus sûrs jamais construits en Afrique centrale… »

Ces travaux d’interconnexion en fibre optique  entre le Congo et le Cameroun  ont couté une bagatelle de   6.676 791 141 FCFA  mobilisés par la Banque africaine de développement, partenaire financier du projet CAB. Michel NGAKALA le Coordonnateur  de celui-ci, a  de fait exprimé sa gratitude  à l’institution  bancaire : « Ces travaux, réalisés sous la coordination du projet CAB et sous la supervision du ministère de tutelle, représentent une nouvelle étape franchie vers la digitalisation de l’économie et la réduction de la fracture numérique ».

Cap sur l’interconnexion CongoRca

Le lancement des travaux de celle-ci a été fait par Léon Juste IBOMBO ministre congolais des postes, des télécommunications et de l’économie  et  son homologue de la République centrafricaine  Justin GOURNA ZACKO. Les deux personnalités  ont posé, le 26 mai à Ouesso, la première pierre marquant le début des travaux de construction du réseau sous-fluvial entre les deux pays sur 285 kilomètres. Cet axe sera composé de six biefs à savoir : Pokola  – Ouesso  sur 40 Km (territoire congolais ), Ouesso  – Kabo  sur  63 Km(territoire congolais ), Kabo – Bomassa sur  34 Km (territoire congolais ) , Bomassa  – Lidjombo sur  61 Km(territoire centrafricain), Lidjombo – Bayanga sur        38 Km (territoire centrafricain), Bayanga  – Salo sur  47 Km(territoire centrafricain).   Ces distances sont des points kilométriques de la rivière, pas la longueur de l’installation du câble.

Les travaux qui sont exécutés par la société China communication services international, la société Huawei et le groupement MG Telecom-Globotech (chargé du suivi et du contrôle)  , prévoient la construction  de six sites techniques dans les localités de Pokola, Kabo et Bomassa pour la partie congolaise, ainsi que Lidjombo, Bayanga et Salo pour la partie centrafricaine . La  pose totale de 285 km de fibre optique de 36 brins sera  réalisée ainsi que la fourniture et l’installation d’un système de télésurveillance avec camera IP entre autres.

 S’exprimant à cette occasion, le Coordonnateur du projet CAB Congo, Michel NGAKALA  a fait un descriptif du travail à faire : « Nous allons poser plus de 140km de fibre optique sous-fluviale et procéder à la construction de trois sites techniques en République centrafricaine. La barge chargée d’effectuer cette tâche est accostée à Ouesso sur le fleuve Sangha après avoir enfoui, en treize jours, sous une profondeur de 1,5 m, 45km de fibre optique entre Pokola et Ouesso. La fin des travaux de construction de cette infrastructure est estimée au 30 octobre de cette année, et cela dépend fortement de l’étiage du fleuve Sangha. La construction de ce réseau implique une franche collaboration entre la République du Congo et la République centrafricaine ».

Pour   Justin GOURNA ZACKO, ministre de l’Economie, des Postes et Télécommunications de la RCA, la concrétisation de ce projet va contribuer au renforcement de la coopération bilatérale entre la Congo et la RCA : « Je reste convaincu que nos gouvernements respectifs ne ménageront aucun effort pour la mise en œuvre de ce cadre de coopération bilatérale au bénéfice de nos peuples. Grâce aux efforts considérables réalisés dans le domaine du numérique, le Congo reste le meilleur exemple de développement du secteur des communications électroniques pour la sous-région ». Pour sa part , le ministre congolais  Léon Juste IBOMBO a martelé sur les retombées positifs de l’installation de la fibre optique :  « Au Congo, avec l’installation du réseau à fibre optique, la population commence à savourer les fruits de la connexion internet à moindre coût et à s’offrir des opportunités d’emploi pour les jeunes ».

Photo 1 : Le ministre Léon Juste IBOMBO coupant le ruban lors de la réception

Photo 2 : Un photo des autorités, autours des ministres congolais et centrafricain

Photo 3 : Les ministres IBOMBO et  GOURNA ZACKO posant la première pierre

Photo 4 : Les drapeaux Congolais, camerounais et Centrafricain, symbole fort d’interconnexion

Crédit photos : Communication Projet CAB

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »