AFRIQUE CENTRALE : DE NOUVEAUX SYSTEMES D’ELABORATION DES COMPTES NATIONAUX S’IMPOSENT

101

Les comptables nationaux de neuf pays  de la sous-région sont à Brazzaville à la faveur d’un séminaire de cinq jours dit de comptabilité nationale. Un séminaire ouvert le lundi 4 février 2019 et qui se focalise sur la cohérence des comptes nationaux trimestriels avec les comptes nationaux annuels.

Ce  séminaire est organisé grâce à l’appui technique d’Afritac, le centre  régional d’assistance technique  pour l’Afrique centrale, un organisme crée par le Fonds Monétaire international et qui est  une réponse  à « une demande émanant des dirigeants africains désireux d’obtenir plus  d’assistance technique  pour leur continent ainsi qu’une aide au développement des capacités présentes sur place », a indiqué Sébastien MANDZI, Représentant du Coordonnateur  d’Afritac lors de la cérémonie d’ouverture du séminaire. Ce dernier a en outre signifié que l’organisation de ce séminaire répond « à la demande  de plus en plus  forte en formation  et en  données  relatives aux comptes  nationaux  trimestrielles  (CNT) dans tous les pays membres, à la suite de l’atelier organisé en avril 2018 sur l’introduction aux CNT ».

En terme d’objectif , le séminaire de Brazzaville vise « l’atteinte  d’un certain nombre  de résultats à savoir  la recherche des solutions  pratiques pour les pays ayant  déjà introduit  le CNT ; une bonne analyse des données  sources  pour les pays  en cours d’introduction  des CNT  et enfin une bonne compréhension des données  sources et des méthodes d’estimation  nécessaires pour l’introduction des CNT aux cadres  des pays en phase préliminaire », a précisé du reste Sébastien MANDZI.

Adopter des méthodes de travail plus récentes

A ce jour, les  pays membres d’Afritac accusent un grand retard dans les méthodes de travail. Ingrid Olga EBOUKA BABAKAS, ministre du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale du Congo  l’a déploré  et souhaité voir ces pays délaisser les vieilles méthodes de travail et faire «  la mue » : « La plupart de nos pays disposent des années de base statistiques très anciennes et élaborent  leurs comptes nationaux  en référence  au système  de comptabilité nationale  de 1993 . Le défi du moment  est donc la migration  au système  de comptabilité nationale de 2008 et la mise  en place  d’un système de  comptes  nationaux trimestriels ».

Il est à noter que les pays membres d’Afritac sont le Burundi, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la RCA, la RD Congo et Sao Tomé et Principe. Lors de la cérémonie d’ouverture l’on a noté la présence  d’Alain H. THOMAS, Représentant du Fonds Monétaire International au Congo.

Photo 1 : Une vue des participants à la cérémonie d’ouverture

Photo 2 : La ministre  au centre, encadrée par le Représentant du FMI au Congo et le Représentant du Coordonnateur d’Afritac

Crédit : Groupe Congo Médias




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *