CONGO/ FAO : CLASSES VERTES, UN PROJET POUR APPRENDRE L’AGRICUTURE AUX ELEVES.

217

Promouvoir les métiers de l’agriculture auprès des jeunes, tel est l’objectif visé par le projet dit « Classes vertes ». C’est une approche pédagogique qui permettra aux élèves , à l’école comme à la maison de pouvoir planter , aux fins de trouver des solutions durables à l’épineux problème de l’alimentation et de nutrition des populationsdu Congo, du Gabon et du Cameroun. Le projet a été lancé à travers un atelier le 07 novembre 2018 à Brazzaville. Un atelier a permis aux participants d’avoir une vision commune des activités et des résultats attendus et de disposer d’une feuille de route dans cadre de sa mise en œuvre.

Article rédigé avec Neuchatelle Jura MOUSSOYI, journaliste stagiaire

C’est à Kintélé, dans la périphérie nord de Brazzaville que s’est tenu cet atelier réunissant les délégations des trois pays de la zone CEMAC concernés. Mis en œuvre par le gouvernement du Congo en étroite collaboration avec la FAO ainsi que d’autres agences du système des Nations Unies, ce projet des classes vertes a permis d’enrichir la plateforme par la participation d’autres partenaires dont la contribution significative aux travaux est avérée. Ce projet d’éducation qui s’intéresse à la production de divers aliments nutritifs et à la formation des élèves, du personnel et des familles va faire le lien entre la culture des fruits et légumes et les régimes alimentaires sains, mais aussi à partager le patrimoine du terroir en matière des fruits                . Il permettra ainsi de « … lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans le la sous-région », a déclaré Anatole Collinet MAKOSSO, Ministre de l’Enseignement Primaire Secondaire et de L’Alphabétisation.

Placé sous le thème « classes vertes pour une production innovante, ludique, éducative et nutritive », ce projet, indiquait Suze Percy FILIPPINI, Représentante de la FAO « …constitue pour nous un moment hautement significatif pour la recherche des solutions durable à l’épineux problème de l’Alimentation et de nutrition de nos populations ». En effet, les populations camerounaises sont confrontées aux mêmes problèmes d’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Un obstacle considérable au développement socio-économique et environnemental de ces pays.

Le Congo, le Gabon et le Cameroun ont été choisis parce qu’ils présentent les mêmes problèmes d’insécurité alimentaire et nutritionnelle, caractérisés par une prévalence de la malnutrition aigüe. Ce projet devrait permettre de développer la production agricole nationale dans ces pays qui disposent pourtant de nombreux atouts : d’importantes réserves des terres arables dont seulement une partie est cultivée, un réseau hydrographique dense. Dans ces pays, l’agriculture n’occupe qu’un sixième de la population et perd chaque année des actifs en raison de l’exode rural.

Notons que les classes vertes sont des classes d’apprentissage en plein air, qui ont pour objectif principal de susciter chez les élèves des vocations dans les métiers de l’agriculture, mais aussi renforcer et pérenniser la cantine scolaire.

Photo 1 : Le Ministre rendant son discours, à sa droite la Représentante de la FAO au Congo     (Crédit Groupe Congo Médias).

Photo 2: Les participants dans les ateliers (Crédit Groupe Congo Médias).




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *