Société

TROIS PRESUMES TRAFIQUANTS D’IVOIRE ARRETES A OUESSO CHEF-LIEU DU DEPARTEMENT DE LA SANGHA

L’arrestation de ces trois présumés trafiquants d’ivoire, dont deux sujets Congolais et un de la République Démocratique du Congo a eu lieu ce lundi 26 février  2018 à Ouesso dans le Département de la Sangha. Ils ont été interpellés par les agents de la Direction Départementale des Eaux-et-Forêts et des éléments de la Gendarmerie Nationale grâce aux informations et appuis du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage). Quatre pointes d’ivoire saisies, pesant une dizaine de kg, représentant deux éléphants tués (une femelle et son éléphanteau).

Ces présumés délinquants fauniques seraient des habitués du commerce illégale des produits de la faune dans le Département de la Sangha et de la Likouala. Les ivoires saisis proviendraient du district de Pokola. Ils ont utilisé une pirogue sur l’affluant Sangha, pour transporter les ivoires de Pokola à Ouesso ce, pour tromper la vigilance des agents des services de contrôle le long de la route reliant les deux localités. Transporteur des ivoire en utilisant les pirogues, distributeur des minutions et armes de guerre aux braconniers pour abattre les éléphants, sont entre autres rôles joués par chacun de ces prévenus dans ce trafic. Un des prévenus serait un ancien militaire des forces armées congolaise.

Ils sont tous poursuivis pour présomption d’abattage, détention et circulation illégales des trophées d’espèces animales intégralement protégées. Ces trois prévenus ont tous reconnu les faits qui leur sont reprochés. Ils risquent des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ferme.

Rappelons que l’éléphant bénéficie d’une protection absolue en République du Congo suivant l’arrêté de 1991 ainsi qu’un acte de la Conférence nationale souveraine. L’espèce est menacée d’extinction dans des nombreux endroits à cause du braconnage pour ses pointes d’ivoire, le cas du département de la Sangha ou plusieurs délinquants de la faune sont régulièrement interpellés, jugés et condamnés. L’article 27  de la loi Congolaise en matière de protection de ces espèces faunique  stipule :   «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transite sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leur trophées  sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciales de l’administration  des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».

ARTICLES SIMILAIRES

TROIS PRESUMES TRAFIQUANTS D’IVOIRE ARRETES A OUESSO CHEF-LIEU DU DEPARTEMENT DE LA SANGHA15 janvier 2019Dans « Société »

ONZE PRESUMES DELINQUANTS FAUNIQUES SUR LE BANC DES ACCUSES LE 22 ET 29 MARS 2018 A OUESSO ET POINTE NOIRE21 mars 2018Dans « Société »Deux trafiquants d’ivoire arrêtés à Ouesso au nord du Congo18 février 2017Dans « Société »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top
Translate »