Football

FOOTBALL/ÉLIMINATOIRES COUPE DU MONDE 2022 : PAUVRES DIABLES-ROUGES!

Il y a six mois, les Diables-Roues sortaient piteusement des éliminatoires de la CAN Yaoundé 2021 par une défaite en Guinée Bissau, sonnant définitivement le las d’une rupture entre eux et le public sportif congolais. L’opération reconquête qui devait normalement prendre forme dès le début des éliminatoires de la coupe du monde 2022 n’a pas du tout eu lieu.

Article écrit par AXCEL ERIC GABIO

Le 2 septembre dernier, les congolais ont ramené un match nul contre la Namibie sur terrain neutre (le match s’est joué en Afrique du Sud). Cette sortie heureuse devait être confirmée à Brazzaville ce 7 septembre 2021 lors de leur second match contre le Sénégal. Hélas, la sélection congolaise a frôlé la correction, dévoilant au passage l’immense écart les séparant du Sénégal.

Le film du match

La rencontre commence sur un faux rythme, les 2 équipes s’observant mutuellement. La première occasion est congolaise. Elle est l’œuvre de Dylan qui hésite de tirer une première fois avant de voir sa seconde tentative finir dans les bras d’Edouard Mendy. A partir de cet instant, les locaux insistent à balancer de longs ballons qui ne leur profite guère. Les sénégalais jouent à leur rythme et commence à mettre le pied sur le ballon. La défense congolaise est de plus en plus sollicitée. Après avoir repoussé une première occasion à la 21eme minute, Mafoumbi, le portier congolais ira chercher le ballon dans ses filets 6 minutes plus tard suite à un face à face perdu devant Dia Abdoulaye.

Les Diables-Roues sont à la peine et Mafoumbi doit encore sortir le grand jeu à la 37 eme minute pour éviter le second but sénégalais. Alors que les minutes s’égrènent, sur une rentrée en touche anodine de Ndozi, Prestige Mboungou est bloqué dans la surface sénégalaise. L’arbitre nigérian Ali Moussa désigne le point de pénalty. Sylvère Ngavoula égalise dans le temps additionnel. La première mi-temps se termine sur le score d’un but partout. A la reprise les Diables-Roues ne survivront que le temps du premier quart d’heure puisque dès la 60 eme minute, les lions de la téranga vont définitivement assiéger le camp congolais. En dépit d’un autre sauvetage de Mafoumbi à la 77eme minute, le Congo va craquer en 3 minutes. À la 83 eme et 86 eme minute par Ismaella Sarr qui voit son tir transpercé les bras du portier congolais et Sadio Mané, invisible jusque-là sur Pénalty. Le score ne changera plus.

Il faut changer la façon de faire

Le football est une science. Ceux qui l’ont compris ont vite fait de mettre en place des mécanismes leur  permettant de développer leur football et d’atteindre les sommets. On ne peut pas construire par le haut, on commence toujours par la base, la fondation. Il est important d’avoir un championnat national fort dans lequel le sélectionneur national peut et doit puiser. Au Congo la Ligue 1 a perdu de son intensité, de sa verve, de ses talents. Dans les années passées, on allait voir Jadot, Kwakara Ekiembolé,, Ngapy, Mounkassa… des joueurs déterminés qui vous donnait envie d’aller au stade. Aujourd’hui qui ira-t-on voir jouer ? Pourtant, la plupart de ses talents venaient du mwana foot, des championnats de l’intérieur du pays. Alors que de nos jours, les différents départements du pays disposent des stades modernes, on a du mal à relancer les championnats départementaux  d’où peuvent sortir des futurs stars qui viendront animer le championnat national et le rendre ainsi attractif et fort. Nous le répétons, le football est une science. Il suffit juste de mettre tous les ingrédients nécessaires à son développement en place et la machine repartira de l’avant. Dans le cas contraire, ce ne sera que du recollage, du rafistolage.

Photo : Les Diables rouges (Droits réservés)

Contacts de notre rédaction: gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : +242 06629 92 35

                             

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top
Translate »