Politique

CONGO : LE SENAT A OUVERT SA DEUXIEME SESSION ORDINAIRE

Cette  deuxième session ordinaire dite administrative a été ouverte le jeudi 1er février 2018  avec visiblement beaucoup d’enthousiasme de la part la part des Sénateurs qui , il y a deux semaines ont voté  le budget de l’Etat exercice 2018, «  cautionnée par les bailleurs de fonds » a indiqué le Président du Senat. Au-delà des onze affaires à l’ordre du jour de cette session, les Sénateurs  pourraient aussi évoquer la situation  sécuritaire  et humanitaire dans le département du Pool, car Pierre NGOLO a fait mention de  ce dossier dans son discours d’ouverture.

Parmi les onze affaires a l’ordre du jour figurent le projet de loi organique fixant l’organisation, la composition et le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature, le  projet de loi organique portant organisation et fonctionnement de la cour constitutionnelle, le projet de loi organique déterminant l’organisation, la composition et le fonctionnement  du Conseil  consultatif des personnes vivant avec handicap. Une affaire à caractère économique, le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de don entre la République du Congo et la Banque mondiale pour le financement du projet forêt et diversification économie.

Pierre NGOLO  a dit espérer que cette  session sera «  un moment de démonstration et d’affirmation des valeurs  caractéristiques  de la vie du sénat depuis le début de la législature  en cours ». Le président du sénat a par ailleurs indiqué aux Sénateur :

« Aussi  devons nous  bien nous mettre  à notre place, porter notre convenablement  notre veste constitutionnelle  afin que notre action  soit d’un apport réel dans la conduite  de la cité Congo vers la transparence, la bonne gouvernance  pour le renforcement de la démocratie ».

La deuxième session ordinaire du Sénat s’ouvre dans un contexte d’espoir, consécutif à l’accord de cessez le feu  et de cessation des hostilités signé entre le gouvernement et le Pasteur Ntoumi. Pour Pierre Ngolo

«  L’effort de construction de  notre pays ainsi  que la dynamique démocratique  ont souvent été entravées par des séquences de violences regrettables  qu’on ne  saurait aujourd’hui tolérer es tentatives de sape ou de blocage du processus de pacification enclenché par le compromis de Kinkala 2017 »

Enfin le Président du Sénat  a recommandé la  sagesse  et la rigueur aux Sénateurs pendant les travaux.

Photo d’archives  ( Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top
Translate »